LOGO-vertical-blanc.png

ATELIERS DE THÉÂTRE 

CRÉATIONS POUR AMATEURS 

 

La Cité Théâtre propose des ateliers de création théâtrale ouverts aux amateurs et amatrices de tout niveau. 

 

INFOS PRATIQUES

Les ateliers sont ouverts à tous et toutes à partir de 16 ans.

 

Capture d’écran 2021-09-21 113430.png

LES PROJETS DE CRÉATIONS 

2021-2022

Pour qu'on ne me voie pas pleurer – inspiré de Donner à voir, de Paul Eluard

Lundis, de 19h00 à 21h00 - 16 places
Mise en scène : Baptiste Percier

Écriture plateau - exploration poétique

C’est à partir d’un court poème de Paul Eluard que je souhaite composer une pièce dont aujourd’hui j’ignore encore tout. 


Ce qui me touche dans ce poème, c’est toute l’humanité qui se loge entre ses lignes, son universalité : la tragédie de la vie, la violence, mais aussi les rapports sociaux, l’impuissance face à certaines situations. 


La nature même de ce poème, son style, sa symbolique et l'espace qu'il laisse à l'interprétation, nous permettra de le développer, de l'enrichir ensemble, grâce au matériau issu de nos rencontres et de nos échanges. À partir d’une exploration collective du texte, nous tracerons ensemble les portraits de ces personnages, en définissant leur rapport au monde, leurs liens, leurs obsessions... dans un travail d’imagerie et de tableaux, toujours ouvert aux envies des participant·e·s.

Au lieu d'une fille, j'ai un fils.
Il s'est tiré une balle dans la tête, on l'a pansé, mais on a oublié de lui enlever le revolver.
Il a recommencé.
Je suis à table avec tous les gens que je connais.
Soudain, quelqu'un que je ne vois pas arrive et me dit « Ton fils s'est tiré sept balles dans la tête et il n'est pas mort. »
Alors seulement, un immense désespoir m'envahit et je me détourne pour qu'on ne me voie pas pleurer.

– Paul Éluard, Donner à voir, 1939

Les nouveaux anciens, de Kae Tempest

Mardis, de 18h00 à 20h00 - 16 places
Mise en scène : Lauriane Cheval-Lopez et Margaux Vesque

Coincé·e·s entre la promesse d’un jour nouveau et le dernier souffle du monde, nous avons besoin de croire en ce que nous sommes.

À travers l’exploration du mythe urbain qu’est Les Nouveaux anciens, fable urbaine contemporaine mêlant rap, poésie et épopée dramatique, nous voulons que chacun·e puisse trouver un endroit à soi. Un endroit hors du temps, où on se laisse submerger par qui l’on est. Où on est légitime de cracher son feu, de trouver pour quoi on brûle, avant que l’on se consume. Nous voulons faire de cet endroit de jeu un endroit de déculpabilisation des sentiments, d’expérimentation, le lieu d’une parole large, une terre nouvelle. 

 

Nous débuterons ainsi avec des exercices pour créer confiance et cohésion au sein du groupe, et très vite, nous passerons à la découverte de l'œuvre de Kae Tempest. Nous partirons à la recherche de matières complémentaires pour créer l’univers du spectacle, et à base d’improvisations diverses, nous glisserons petit à petit dans le processus de création.

Sens interdit

Mardis, de 20h30 à  22h30 - 16 places
Mise en scène : Romain Guilbert (Collectif Asymptomatique)

Écriture plateau - choeur théâtral 

Sens interdit est l’histoire d’un énième repas de famille, où les mots finissent, une fois de plus, par dépasser la pensée, la faire déraper ou la révéler. 

Au cours de ce repas, les langues n’en finissent plus de se délier et les sujets les plus impossibles défilent : patriarcat, assistanat, sexualités, argent, immigration, religions, éducation… Sens interdit interroge donc les tabous, les non-dits au sein des relations familiales.

 

En travaillant sur ces sujets de sociétés, je propose de tenter de transformer trois affirmations omniprésentes dans l'espace public en trois questions, que nous interrogerons ensemble sur scène : 
On ne peut plus rien dire ? 
On ne peut plus rire de rien ? 
C’était mieux avant ? 

L’atelier s’articulera, tout au long de l’année, autour de trois fondamentaux : la création d'une situation, la sincérité des intentions, et enfin l’adresse publique. 

Et chaque participant·e choisira un tabou de famille, un sujet de société particulièrement clivant, pour nourrir notre processus d’écriture.

Occupe-toi du bébé, de Dennis Kelly

Mercredis, de 19h00 à 21h00 - 16 places
Mise en scène : Claire Le Plomb et Louis Martin

 

Plonger le·la spectateur·trice dans une pièce immersive au cœur d'un fait divers horrible : tel est le pari de notre mise en scène d’Occupe-toi du bébé de Dennis Kelly.


La pièce se base sur un (faux) fait divers : Donna est accusée d’avoir tué ses deux enfants. Elle purge une peine de prison d’un an, avant d’être relaxée après avoir fait appel… mais cette histoire n’est que fiction. 


Dans son écriture, Dennis Kelly flirte avec les frontières du réel et le théâtre documentaire. En nous appuyant sur un univers immersif, proche de la télé-réalité, nous proposons de questionner le voyeurisme médiatique, l’intrusion dans la vie privée de Donna.


Après quelques séances orientées sur des exercices de chœur et d'expérimentations en tous genres, nous nous pencherons sur l'œuvre de Dennis Kelly. Nous entrerons alors dans cet univers médiatique et polémique dans lequel nous nous amuserons à déceler le vrai du faux. La question des médias étant au cœur du projet, nous mêlerons jeu face caméra et jeu théâtral, et c’est hybridité qui nous permettra d’aller au bout de ce rapport entre fiction et réalité. 

 

COVID-19 / MESURES SANITAIRES

Du fait de l'épidémie de COVID-19, et pour la sécurité des publics, des équipes artistiques et des salarié·e·s de La Cité Théâtre, des mesures sanitaires sont appliquées au 28 rue de Bretagne.

Les adhérent·e·s devront présenter un Pass Sanitaire valide pour les inscriptions du samedi 25 septembre, et à chaque séance hebdomadaire. 
> en savoir plus 

 

TARIFS PRIVILÉGIÉS CHEZ NOS PARTENAIRES 

Avec votre carte d'adhérent·e à La Cité Théâtre, vous bénéficiez de tarif privilégiés chez nos partenaires : 

Le Sablier / Ifs, La Comédie de Caen / CDN de Normandie, Le Théâtre de Caen, Le Préau / CDN de Vire, Le Lux et Le Café des Images.