L'HISTOIRE DE L'ASSOCIATION

L’association ACTEA est fondée en 1983 par Jean-Pierre Dupuy sur les valeurs de l’éducation populaire et de la communauté théâtrale. L’association a pour but de sensibiliser et de permettre la pratique artistique pour le plus grand nombre. Après quelques années passées dans l’Orne, à Alençon et à Sées, l’association s’installe durablement à Caen. Elle propose de nombreux ateliers notamment à l’Université de Caen, dans le quartier de la Grâce de Dieu, et permet à beaucoup d’artistes du territoire de s’initier au jeu d’acteur. En 1999, Jean-Pierre Dupuy se retire progressivement de l’association et laisse les clés de l’association.

En 2000, Olivier Lopez prend la direction et fait évoluer le projet artistique tout en poursuivant l’implication de l’association en matière de démocratisation et de transmission. Cette même année, il amorce le dispositif de formation « les comédiens-stagiaires » avec le concours de la Région Normandie. ACTEA devient alors « compagnie dans la cité ».

En 2011, la compagnie déménage du « 2bis » rue de l’Union, qu’elle occupait depuis les années 90, pour le « 28 » de la rue de Bretagne, alors dénommé Espace Puzzle. Ce petit théâtre de 99 places est renommé La Cité Théâtre.

 

En 2019, la compagnie ACTEA choisit d’harmoniser son identité : La Cité Théâtre devient un seul et même projet, elle désigne la compagnie et le lieu du « 28 ».

L'HISTOIRE DU « 28 » 

En juillet 1987, est inauguré l’« Espace Puzzle ». Cette salle de spectacle qui abritait jusqu’à lors une brocante devient un lieu alternatif et très dynamique en matière de programmation. Le lieu pouvait ouvrir ses portes jusqu’à 110 fois par saison en proposant des concerts, des spectacles de danse, de théâtre. Cette salle historique de la vie culturelle Caennaise a notamment accueilli la chanteuse Dani, Jacques Gamblin ou encore les débuts de -M-.

Après plus de vingt ans d’existence, le projet prend fin aux alentours de 2010. L’Espace Puzzle devient La Cité Théâtre en 2011. 

LES DATES CLÉS DE LA COMPAGNIE

2020 | Rabudôru, mon Amour (ou comment j'ai acheté une love-doll à mon père)

Création en avril 2020 avec la Saison Culturelle de la Ville de Bayeux

> Prochainement en tournée 

2018 | Le Songe d’une nuit d’été, de William Shakespeare, avec le Groupe 12 des comédiens-stagiaires, en version salle et plein air.

2017 | Bienvenue en Corée du Nord

Coproduction Le Volcan / SN du Havre, Théâtre de Chaoué Port Belle-Eau (72) et festival Vassy fais-moi rire ! (14). Plus de 100 représentations

> Actuellement en tournée. 

2015 | Le Dépit Amoureux, de Molière.

Création en plein air, avec le Groupe 11 des comédiens-stagiaires.
La pièce a joué une dizaine de dates avec l’Office de Tourisme de Caen. 

2014 | 14 Juillet

Coproduction l’Archipel - SC de Granville et Théâtre de la Chapelle Saint-Louis à Rouen. Reprise de coproduction en 2017 par le Théâtre de Liège. Plus de 100 représentations 

> Actuellement en tournée 

2013 | Les Clownesses

Coproduction Rexy / SN de Petit Quevilly/ Mont Saint-Aignan.
Ce spectacle a notamment joué au Volcan - SN du Havre et à la Comédie de Caen – CDN de Normandie

2011 | Pauline Couic

Coproduction Le Prato – Pôle National des Arts du Cirque à Lille.
Ce spectacle a notamment joué au Moulin / SN Evreux-Louvier et au Rexy / SN de Petit Quevilly/Mont Saint-Aignan.

2010 | La Griffe de Howard Barker

Coproduction Théâtre de la Chapelle Saint-Louis à Rouen, Théâtre de Chaoué au Mans.

2009 | Petit Navire de Normand Chaurette

Coproduction Orchestre Régional de Basse-Normandie.

2008 | Eldorado de Marius Von Mayenburg

Coproduction la Comédie de Caen - CDN de Normandie, le Préau - CDR de Vire et le Trident - SN de Cherbourg. Création pour grand plateau. 

2006 | La Ménagerie de Verre de Tennesse Williams.

Ce spectacle a notamment joué à la Comédie de Caen – CDN de Normandie, au Préau – CDN de Vire, au Théâtre Alençon - SN 61 et à L’Archipel - Scène conventionnée de Granville

2004 | La Belle échappée (Belle).

Ce spectacle a notamment joué au Prato / Pôle National des Arts du Cirque

2001 | Ferdinand l'impossible, de Virginie Douard